Interview de Stefan Tzortzis dans « La fabrique de l’histoire » (France Culture, oct. 2018)

Notre collègue archéologue et anthropologue Stefan Tzortzis, membre associé de la thématique 2 d’Adès, est intervenu dans l’émission La Fabrique de l’histoire, de la radio France Culture, du 24 octobre 2018. Le troisième volet d’une série consacrée aux sociétés confrontées aux épidémies, a en effet proposé un focus sur les apports de la paléo-microbiologie à la compréhension de la transmission du virus de la peste, auquel Stefan Tzotzis a participé conjointement avec le biologiste Michel Drancourt et l’archéo-anthropologues Sacha Kacki. L’émission est disponible en podcast:

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/les-societes-face-aux-epidemies-34-quelles-traces-les-epidemies-ont-elles-laisse-dans-notre-adn

Vient de paraître: La Peste noire (M. Signoli, oct. 2018)

Notre collègue archéologue et anthropologue Michel Signoli, directeur de l’UMR Adès, vient de publier aux Editions des Presses Universitaires de France dans la collection « Que sais-je? » un ouvrage consacré à la peste en Europe.

Europe, 1348. La mort rôde. Les populations sont décimées. Le coupable ? Non pas la guerre, ni des massacres de masse, ni la famine, ni une catastrophe naturelle, mais Yersinia pestis, une simple bactérie, bientôt nommée la « peste noire ». Depuis l’Antiquité jusqu’à l’épidémie de Marseille en 1720, ce mal a profondément marqué l’Occident, témoin notre usage encore courant de mots comme « pestiféré » ou « pestilentiel ».
Entre médecine, biologie, archéologie et histoire, Michel Signoli nous raconte, à l’heure où plane le spectre d’autres grandes épidémies (Ebola, grippe A/H1N1, sida, mais aussi la peste, par exemple à Madagascar…), comment nos ancêtres ont tâché de surmonter ces crises.
Un travail de rationalisation bienvenu, tant il est vrai que nous craignons encore la venue du jour où, « pour le malheur et l’enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse » (Albert Camus).

Continuer la lecture