Vient de paraître: La Peste noire (M. Signoli, oct. 2018)

Notre collègue archéologue et anthropologue Michel Signoli, directeur de l’UMR Adès, vient de publier aux Editions des Presses Universitaires de France dans la collection « Que sais-je? » un ouvrage consacré à la peste en Europe.

Europe, 1348. La mort rôde. Les populations sont décimées. Le coupable ? Non pas la guerre, ni des massacres de masse, ni la famine, ni une catastrophe naturelle, mais Yersinia pestis, une simple bactérie, bientôt nommée la « peste noire ». Depuis l’Antiquité jusqu’à l’épidémie de Marseille en 1720, ce mal a profondément marqué l’Occident, témoin notre usage encore courant de mots comme « pestiféré » ou « pestilentiel ».
Entre médecine, biologie, archéologie et histoire, Michel Signoli nous raconte, à l’heure où plane le spectre d’autres grandes épidémies (Ebola, grippe A/H1N1, sida, mais aussi la peste, par exemple à Madagascar…), comment nos ancêtres ont tâché de surmonter ces crises.
Un travail de rationalisation bienvenu, tant il est vrai que nous craignons encore la venue du jour où, « pour le malheur et l’enseignement des hommes, la peste réveillerait ses rats et les enverrait mourir dans une cité heureuse » (Albert Camus).

Lire la suite

Vient de paraître: L’éthique médicale. Approches philosophiques (P. Le Coz, oct. 2018)


Notre collègue philosophe Pierre Le Coz, membre statutaire d’Ades et responsable scientifique de la thématique 6 « Ethique, santé et sciences humaines » vient de publier aux Presses Universitaires de Provence, un ouvrage consacré à l’éthique médicale, préfacé par André Comte Sponville.

Annoncer une mauvaise nouvelle, décider d’un arrêt de traitement, tenter une opération risquée, réanimer un patient suicidaire… les dilemmes moraux ne sont pas rares en médecine. Les problèmes éthiques ont néanmoins revêtu une acuité particulière de nos jours du fait des progrès techniques, du coût des thérapeutiques innovantes, de l’évolution des mœurs, du vieillissement de la population. Cette nouvelle conjoncture conduit peu à peu à changer les façons d’exercer la médecine. Une culture du partage s’instaure avec les soignants, le monde associatif ou les sciences humaines et sociales. La philosophie morale se trouve également mise à contribution. Car pour être une démarche rigoureuse, l’éthique biomédicale ne doit pas se réduire à un échange d’opinions informelles et spontanées. Elle doit se nourrir de la connaissance des travaux des philosophes d’hier et d’aujourd’hui. A cette fin, le présent ouvrage propose aux professionnels de santé et à tous ceux qui sont concernés par leurs décisions de découvrir les grands principes et les principales théories de la philosophie morale. De l’éthique des vertus au contractualisme moral, en passant par le probabilisme, le déontologisme, l’utilitarisme, le libertarisme, l’éthique de la sollicitude ou l’éthique narrative, l’histoire de l’éthique est riche en ressources. Chaque théorie morale apporte un éclairage nouveau et fournit des repères, tant pour l’élucidation des problèmes d’éthique au quotidien que pour la compréhension des débats de société autour de la bioéthique.

ISBN: 9791032001721

Consulter le sommaire

Vient de paraître: Dernières nouvelles de Sapiens (S. Condemi et F. Savatier, oct. 2018)

Notre collègue archéologue Silvana Condemi, membre statutaire d’Ades et co-directrice de l’équipe « Bio-archéologie et paléoanthropologie », vient de publier aux éditions Flammarion, conjointement avec le journaliste François Savatier, un ouvrage consacré à l’histoire d’Homo Sapiens.

« Peu de disciplines ont été autant bouleversées ces dernières années que la préhistoire. Grâce au progrès de la génétique,  on sait par exemple qu’il y a 40 000 ans, nous partagions la planète avec trois autres espèces du genre Homo. Quant aux nouvelles méthodes de datations, elles nous ont appris que Sapiens avait quitté son berceau africain au bas mot 100 000 ans plus tôt que ce qu’on imaginait…. En parallèle, l’anthropologie s’est attaquée à la question du propre de l’Homme : en définitive, est-ce l’utilisation d’outils ? La présence d’un « gros » cerveau ? Le langage articulé ? La bipédie ? L’empathie ?

C’est dire l’urgence de faire le point sur nos ancêtres et d’écouter les dernières nouvelles de Sapiens. Non content de livrer une précieuse synthèse à jour des tout derniers résultats, les auteurs reviennent en effet sur le devenir de notre étrange espèce. Ils proposent une passionnante lecture de l’animal culturel  que nous sommes, ce migrant à la démographie galopante qui a transformé à jamais son environnement.

Silvana Condemi est paléoanthropologue, directrice de recherche au CNRS à Aix-Marseille Université. François Savatier est journaliste au magazine Pour la Science où il couvre notamment les sciences du passé.  Leur précédent livre, Néandertal, mon frère (2016), a été traduit en plusieurs langues et a reçu le Grand prix du livre d’archéologie 2017.

Vient de paraître: Gathered in death (A. Schmitt, S. Déderix et I. Crevecoeur eds. 2018)

Notre collègue archéologue Aurore Schmitt, membre statutaire d’Ades et co-directrice de l’équipe « Bio-archéologie et paléoanthropologie », vient de publier aux Presses Universitaires de Louvain un volume consacré aux sépultures collectives.

This volume comprises the proceedings of an international workshop that took place at the UCLouvain in Belgium on the 8th and 9th of December 2016. This workshop addressed the topic of collective burial practices, focusing on two main questions: “Who are the deceased buried together in collective tombs?” and “Why are these deceased buried collectively?” Archaeologists, ethnologists and ethnoarchaeologists were thus invited to discuss the identity of the deceased deposited in collective burial places, as well as the ideological and social motivations for gathering the dead in the same tomb over several generations. The chapters in the volume examine case studies ranging from contemporary Madagascar and Austronesia to the Prehistoric Mediterranean and Dynastic Europe. They also reinitiate discussions regarding the potential of archaeological and anthropobiological datasets to approach social organization among past populations.

Pour plus d’informations voir le sommaire ci-après et le site de l’éditeur: ici.

Lire la suite

Vient de paraître: un article du journal Nature dont Aurore Schmitt est co-auteure (mars 2018)

Notre collègue archéologue Aurore SCHMITT, chargée de recherche au CNRS, membre statutaire de notre unité et co-responsable de l’équipe « Bio-archéologie et paléo-anthropologie » a participé à une recherche qui a récemment fait l’objet d’une publication dans la revue Nature, International Journal of Science. A lire ici : The Beaker phenomenon and the genomic transformation of northwest Europe  (Iñigo OlaldeSelina Brace […] David ReichNature volume 555pages190–196 (08 March 2018).

Abstract: From around 2750 to 2500 BC, Bell Beaker pottery became widespread across western and central Europe, before it disappeared between 2200 and 1800 BC. The forces that propelled its expansion are a matter of long-standing debate, and there is support for both cultural diffusion and migration having a role in this process. Here we present genome-wide data from 400 Neolithic, Copper Age and Bronze Age Europeans, including 226 individuals associated with Beaker-complex artefacts. We detected limited genetic affinity between Beaker-complex-associated individuals from Iberia and central Europe, and thus exclude migration as an important mechanism of spread between these two regions. However, migration had a key role in the further dissemination of the Beaker complex. We document this phenomenon most clearly in Britain, where the spread of the Beaker complex introduced high levels of steppe-related ancestry and was associated with the replacement of approximately 90% of Britain’s gene pool within a few hundred years, continuing the east-to-west expansion that had brought steppe-related ancestry into central and northern Europe over the previous centuries.