Benoit Pouget reçoit le prix de l’amiral Daveluy (Juillet 2018)

Notre collègue historien Benoît Pouget, membre affilié de la thématique 4 (Anthropologie de la mort de masse), est lauréat 2018 du prix de l’amiral Daveluy, dans la catégorie doctorat en sciences humaines pour sa thèse intitulée « Un choc de circulation. La marine française face au choléra en Méditerranée (1831-1856). Géostratégie, médecine navale et impérialisme. »

Voir: http://cesm.marine.defense.gouv.fr/index.php/18-accueil/106-les-laureats-du-prix-amiral-daveluy-2018 

Intreview de Stéphane Mazières dans la PQN (Juillet 2018)

Notre collègue anthropologue Stéphane Mazières, membre statutaire d’Adès et co-responsable de la Thématique 9 (Groupes sanguins: répartitions et interactions homme-milieu) a été interviewé dans les pages « Sciences & Environnement » du quotidien national Le Figaro, pour un article portant sur la domestication des canidés.

Voir l’article ici: http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/07/05/01008-20180705ARTFIG00311-les-chiens-europeens-ont-eux-aussi-conquis-l-amerique-en-1492.php

6e congrès de l’INoGS (4-7 juil. 2018, Marseille)

L’INoGS (International Network of Genocide Scholars) a été fondé en 2005 afin d’offrir aux études sur les violences de masse et les génocides, un espace non-partisan de débats permettant de mettre en discussions des recherches et des analyses portant sur tous les aspects des violences extrêmes. Les congrès  internationaux de l’INoGS organisés depuis 2009 à Sheffield, Brighton, San Francisco, Cape Town et Jérusalem, ont attesté de l’intensification de la recherche universitaire sur une vaste série de problématiques d’une importance fondamentale pour le champ en développement des «genocide studies », incluant des questions d’ordres théoriques et méthodologiques, des interrogations sur les fondements psycho-sociologiques, juridiques et éthiques à partir desquels peuvent être saisis les épisodes de violence extrême, tout autant que des réflexions nées de l’urgence à développer des moyens plus efficaces pour prévenir et stopper les violences de masse de façon globale.
La 6e Conférence Globale de l’INoGS qui se tiendra à la Faculté de Médecine de l’Université d’Aix-Marseille du 4 au 7 Juillet 2018 et dont notre UMR a été l’organisateur principal, réunira près de 150 participants de 40 nationalités différentes. Elle ambitionne d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur la violence extrême en stimulant des échanges entre les sciences médicales et les sciences sociales, juridiques et humaines. La détection précoce et la prévention de la violence représente en effet un défi global adressé à tous les champs du savoir.
La 6e Conférence Globale de l’INoGS se propose ainsi de débattre de différents cas de crimes de masse du passé et du présent, en questionnant aussi bien les causes que les effets à courts et longs termes des processus génocidaires, en favorisant les échanges entre toutes les approches disciplinaires.
Pour plus d’information voir le site web de la conference: http://www.inogsconference2018.com/ 

Dans la presse: « L’ADN raconte la première conquête des Amériques il y a plus de 15.000 ans »

Notre collègue anthropologue Stéphane Mazières, membre statutaire de l’équipe 4, a été interviewé pour un article paru le 5 juin 2018 dans les pages sciences d’un quotidien national relayant une étude paru le 1er juin dans Sciences, voir l’article ici: http://www.lefigaro.fr/sciences/2018/06/05/01008-20180605ARTFIG00099-l-adn-raconte-la-premiere-conquete-des-ameriques-il-y-a-plus-de-15000-ans.php

Journée d’étude sur les outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives (30 oct. 2018, MMSH Aix)

Renouvellement des outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives : échanges méthodologiques 

Journée d’étude organisée par Yaramila  TCHEREMISSINOFF  (Inrap, Lampea -UMR 7269) et Aurore SCHMITT (CNRS, Ades – UMR 7268) le 30 octobre 2018, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix en Provence (Salle Duby).

Depuis environ sept ans1, les outils informatiques liés au géo-référencement des données (photogrammétrie, SIG, modèles 3D) se sont considérablement démocratisés sous la forme d’une plus grande accessibilité des logiciels en termes d’acquisition et de traitement des données. Dans le cadre de la discipline archéologique en particulier, une politique d’installation de logiciels dédiés très performants, couplés à la mise en place de services supports, de référents et de formations, permettent désormais aux archéologues d’intégrer pleinement ces outils aux stratégies de fouilles et d’études.

Dans le cadre de l’archéologie funéraire, ces logiciels ont rencontré un fort engouement (séminaires du réseau « ISA » en 2013 à Pessac et « EVENA » à Tours en 2015)2 pleinement justifié par le fait qu’ils touchent à l’objet même de la pratique archéologique contemporaine, c’est-à-dire à la cotation des vestiges en vue de l’analyse de leur répartition spatiale. De tels outils se révèlent particulièrement précieux pour l’étude des sépultures collectives. Ils permettent notamment l’enregistrement et l’exploitation d’une masse de données complexes et considérables, dont le traitement constituait, auparavant, un obstacle majeur y compris en termes de faisabilité. De nombreux retours d’expérience relatifs à la fouille de tels contextes sont désormais possibles. Ils témoignent probablement de différentes réussites, comme c’est généralement le cas dans les phases de renouvellement méthodologique important, mais ils sont surtout des outils permettant de développer des problématiques transdisciplinaires à l’échelle du gisement. Nous proposons donc d’échanger sur ce sujet dans le cadre d’une journée d’étude.

1 : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00956198

2http://www.msh-vdl.fr/article/seminaire-outils-d-analyse-des-processus-de-depot-et-des-evenements-post-depositionnels-l

PROGRAMME

Matinée : La prise de données sur le terrain

M. Le Roy (Queen’s University Belfast), C. de BecDelièvre (Université de Belgrade, UMR 7268 ADES), S. Rottier (Université de Bordeaux, UMR 5199 PACEA), S. Thiol (Inrap) : De feu et d’os : la sépulture collective néolithique de la Truie Pendue (Passy-Veron, Yonne), application SIG.

Y. Tchérémissinoff (Inrap et UMR 7269 du Lampea), M. Seguin (Inrap) : Mise en place d’un protocole photogrammétrie et SIG dès la fouille préventive : la sépulture collective de Mas Rouge à Montpellier (Hérault).

C. Paresys (Inrap, CEPAM, UMR 7264), I. Le Goff (Inrap, UMR 7041) : Retour d’expérience de la fouille et de l’analyse spatiale d’une structure complexe : la sépulture collective de Buchères Parc Logistique de l’Aube.

Après-midi : l’exploitation des données

L. Salanova (UMR 8546 – AOrOc), P. Chambon (UMR 7206 EAE) : Enregistrement, exploitation et archivage des données de la sépulture collective de Bury (Oise). Retour d’expérience des méthodes utilisées.

A. Zemour (LaScArBx, UMR 5607 – Ausonius), H. Guy (Inrap, Centre Norbert Elias) : Réflexions sur l’apport d’un SIG à la lecture dynamique d’un dépôt collectif : le cas de Saint-Sauveur « Les Grès » (Somme).

 B. Bizot (SRA PACA, UMR 7268 ADES), A. Schmitt (UMR 7268 ADES) : L’outil SIG au secours d’un contexte funéraire en déshérence : l’hypogée des Crottes (Roaix, Vaucluse).

S. Sachau (post-Doctorante, UMR 5140 ASM) : D’os en os, compréhension des ensembles funéraires complexes grâce à la restitution tridimensionnelle : l’exemple des sépultures plurielles.