Vient de paraître: Sangs politiques (E. Anstett et G. Gatti dir. Nov 2018)

La plateforme éditoriale Politika-le politique à l’épreuve des sciences sociales, publiée par le Labex TESPSIS, vient de mettre en ligne un nouvel atelier intitulé “Sangs Politiques” et dirigé par notre collègue anthropologue sociale Elisabeth ANSTETT (CNRS, Adès) et le sociologue Gabriel GATTI (Université du Pays Basque). Cet atelier est composé de 8 contributions de chercheurs européens et latino-américains et peut être lu à l’adresse suivante: https://www.politika.io/fr/atelier/sangs-politiques 

L’objectif principal de la conférence intitulée Sangres politicas : Ciudadanías y biométrica en Europa y América Latina, qui avait été organisée les 8 et 9 décembre 2016 à Montevideo (Uruguay) et dans le prolongement de laquelle furent préparés les textes de cet atelier, était d’engager une discussion pluridisciplinaire sur les effets de la biologie, des sciences médico-légales et de la biométrie sur les différentes façons d’envisager aujourd’hui la citoyenneté et les droits collectifs ou individuels.

Lire l’introduction de l’atelier

Continuer la lecture

Vient de paraître: Cahiers de la Méditerrannée (n°96, juin 2018)

Plusieurs de nos collègues, Michel Signoli, Stéfan Tzortzis, Salvatore Speziale, Dominique Chevé et Walter Bruyère-Ostells, chercheurs titulaires, associés ou affiliés de l’UMR Adès, ont participé au dossier thématique paru sous la direction de Benoit Pouget dans le dernier numéro des Cahiers de la Méditerrannée.

En confrontant des traditions historiographiques riches, en proposant des analyses qui reposent notamment sur l’examen des dynamiques circulatoires, en s’appuyant sur une documentation variée, en croisant les problématiques médicales, géostratégiques et anthropologiques, ce dossier propose une large réflexion sur l’Occident et sa médecine au chevet de l’Orient épidémique. En effet, si « l’épidémie est une circulation mauvaise, pernicieuse, mortifère », elle est aussi un lien jeté par-delà les mers entre des nations et leurs populations qui, plus que la mer, ont les microbes en partage.

https://journals.openedition.org/cdlm/ 

Conférence – Bodies out of Place: Mass Violence, Mass Graves and Necropolitics

Notre collègue Francisco Ferrandiz, anthropologue social au CSIC (Espagne) et chercheur associé de la thématique 4 “Anthropologie de la mort de masse” organise du 18 au 21 juillet prochain à Donosti au Pays Basque espagnol, une conférence intitulée Bodies out of Place: Mass Violence, Mass Graves and Necropolitics, à laquelle participeront plusieurs chercheurs membres ou associés à notre unité.

This international conference invites some of the leading international specialists in the analysis of mass grave exhumations as human rights tools. Mass grave exhumations linked to human right violations, which already started in the mid-eighties, have become increasingly important worldwide in the 21st-century. Gradually, they have become an increasingly prestigious phenomenon for truth, justice and reparation of victims of the outmost importance, as they are radically transforming the ways in which societies deal with the traumatic past, including the consolidation of forensic science as a privileged technique and methodology for interpreting the past –a phenomenon known in social sciences as the forensic turn.

The purpose of this conference is to critically analyse, in a comparative fashion, different processes of mass grave exhumations in various parts of the world, including Russia, Timor, Central African Republic, the Netherlands, Germany, the US, Vietnam, Poland, Peru, Colombia, Mexico and Argentina, as well as the more specific cases of Spain and the Basque Country. Thematically, the conference includes from Civil War mass grave exhumations in Spain to the Soviet gulags, the identification of human remains recovered in the twin tower’s rubble, the search for US MIAs, the case of the Mexican searchers, post-war plundering in Holocaust mass graves, the cultural and political elaboration of the disappeared, and the religious aspects of exhumations, among others.

In order to engage the comparative study of mass grave exhumations in different historical, cultural and political contexts, the conference includes scholars from different disciplines: forensic doctors, social anthropologists, lawyers, political scientists, sociologists, archaeologists, historians and literary critics. The conference also includes a monographic panel with representatives of Spain’s main memorial institutions.

Pour plus d’information sur la conférence et pour les inscriptions consulter  le site web suivant: https://www.uik.eus/en/cuerpos-incomodos-violencia-masiva-fosas-comunes-y-necropolitica

Vient de paraître: Death in the Early 21st Century (S. Boret, ed. 2017)

Notre collègue Sébastien Penmellen BORET, anthropologue à l’International Research Institute of Disaster Sciences de l’Université Tohoku (Japon) et chercheur affilié de la thématique 4 “Anthropologies de la mort de masse”, est le co-éditeur d’un ouvrage récemment publié aux éditions Palgrave-Mac Millan, consacré aux transformations contemporaines du fait funéraire:

Death in the Early Twenty-first Century. Authority, Innovation, and Mortuary Rites.

BORET, Sébastien Penmellen, LONG, Susan Orpett, KAN, Sergei (Eds.)

Focusing on tradition, technology, and authority, this volume challenges classical understandings that mortuary rites are inherently conservative. The contributors examine innovative and enduring ideas and practices of death, which reflect and constitute changing patterns of social relationships, memorialisation, and the afterlife. This cross-cultural study examines the lived experiences of men and women from societies across the globe with diverse religious heritages and secular value systems. The book demonstrates that mortuary practices are not fixed forms, but rather dynamic processes negotiated by the dying, the bereaved, funeral experts, and public institutions. In addition to offering a new theoretical perspective on the anthropology of death, this work provides a rich resource for readers interested in human responses to mortality: the one certainty of human existence.

Pour plus d’information, voir le site de l’éditeur:  https://www.palgrave.com/jp/book/9783319523644#aboutBook 

Vient de paraître: L’ordre contre l’harmonie (Ch. Macdonald, 2018)

Notre collègue Charles Macdonald, chercheur affilié de la thématique 5 “Anthropologie bio-culturelle”, vient de faire paraître, aux éditions Pétra au sein de la collection “terrains et théories anthropologiques” un ouvrage intitulé L’Ordre contre l’Harmonie. Anthropologie de l’Anarchie:

S’inspirant de la littérature ethnographique, des données fournies par les sciences sociales (sociologie, sciences politiques, histoire) et les sciences connexes (théorie de l’évolution, paléoanthropologie, primatologie, neurosciences), et à partir de ses propres observations de terrain, Charles Macdonald offre dans cet ouvrage une perspective nouvelle sur l’évolution sociale, posant que l’histoire de Homo sapiens s’enracine dans une longue gestation anarchique (de cent quatre-vingt dix mille ans au moins) ayant bifurqué, lors d’une mutation récente (moins de dix mille ans), vers ce qui est peut-être une impasse évolutionnaire : une forme de vie collective hiérarchisée, corporatiste, transcendantiste et marchande, qui est celle de la quasi-totalité des organisations modernes.

Cette préhistoire humaine a laissé des traces profondes dans les sociétés modernes dont l’ouvrage analyse plusieurs exemples tirés de l’ethnographie (Inuit et Palawan), de l’histoire (Cosaques et pirates) et de la sociologie (communautés post-catastrophiques et hippies). Une large section traite du rôle controversé de la violence dans les organisations sociales primitives et la préhistoire. Un dernier chapitre tente de renouer les fils de celle-ci à ceux de notre histoire contemporaine. Le constat de la vie en société telle que nous la connaissons, fondée sur une vaste supercherie idéologique visant à établir la réalité d’entités transcendantes et abstraites, comme l’État, remet à l’honneur les idées d’un Kropotkine ou d’un Proudhon. Historiens, philosophes et anthropologues anarchistes trouvent aujourd’hui de nouvelles ressources et une nouvelle inspiration dans un fonds de réflexion négligé mais immensément fertile.