Biologie des groupes sanguins

Responsable d’équipe : Jacques CHIARONI, adjoint : Pascal BAILLY

La mission institutionnelle de l’Établissement Français du Sang (EFS) est d’assurer la sécurité et la continuité du dispositif transfusionnel en France dans le respect scrupuleux de son éthique. La sécurité transfusionnelle implique que chaque malade, quel que soit son phénotype et quelles que soient les circonstances, puisse recevoir en permanence les produits nécessités par son état ; ces produits doivent être quantitativement suffisants et qualitativement aussi sûrs que le permettent l’état de l’art et des connaissances.
L’approvisionnement régulier en sang pour les différents malades doit tenir compte des contraintes introduites par les principes éthiques que sont le bénévolat et le volontariat, auxquels la population de notre pays reste fortement attachée. Dans ce cadre, il est nécessaire de connaître non seulement la diversité génétique des populations présentes sur un territoire donné mais également les « moteurs » et les éventuels obstacles culturels au don de sang. La sécurité des produits repose sur l’adéquation la plus parfaite possible entre les phénotypes (et pour une part les génotypes) des donneurs et des receveurs et sur l’absence d’agent transmissible, tant connu que « émergent ».
Compte tenu des missions qui lui sont confiées par monopole, l’EFS éprouve depuis sa création autant de besoins de connaissances en matière d’immunologie, de génétique et de microbiologie qu’en termes de sciences humaines et sociales
La connaissance des populations humaines sur un territoire, de ses caractéristiques génétiques, de ses comportements, des facteurs spécifiques susceptibles de déterminer l’acte de don et de « non-don », de ses facteurs de risque vis-à-vis des virus transmis par le sang est en effet rapidement apparue aussi essentielle que les connaissances biologiques sur ces sujets. Dans ce contexte, l’EFS-Alpes-Méditerranée s’est, dès son origine, rapproché de l’UMR d’Anthropologie bio-culturelle dans laquelle il a complètement intégré ses deux thématiques de recherche depuis janvier 2008.
Ce rapprochement a permis de donner aux recherches biologiques sur les groupes sanguins et sur les virus à transmission sanguine dans une dimension plus vaste et plus réaliste prenant pleinement en compte la dimension humaine et culturelle. Celle-ci se révèle essentielle à la mise en œuvre de « techniques » adaptées de sensibilisation aux différents dons, de sang, de moelle osseuse et de tissus/organes mais aussi, parallèlement aux facteurs environnementaux, à la prise en compte des aspects comportementaux dans l’émergence de risques transfusionnels viraux. Ce dernier point doit permettre un ajustement permanent des étapes précédant le don (entretien médical), pilier essentiel pour prévenir la transmission d’agents infectieux du donneur au receveur.
Notre thématique générale de recherche est donc naturellement orientée vers l’étude de la diversité génétique de l’homme et des virus transmis par le sang.