Equipe 2: Anthropologie médico-légale

Responsable scientifique: Pascal ADALIAN

Pour l’année universitaire 2021-2022 les réunions d’équipe regrouperont les membres des équipes 1 et 2 dans la perspective d’une prochaine fusion pour le prochain contrat quinquennal, et auront lieu de 14h30 à 16h30 les jeudi 18 novembre 2021, jeudi 24 février 2022, jeudi 24 mars 2022, jeudi 21 avril 2022, jeudi 26 mai 2022 et jeudi 23 juin 2022.

Thématique 3 : Méthodes d’identification en anthropologie médico-légale et médecine légale (Responsables scientifiques: Pascal ADALIAN, Marie-Dominique PIERCECCHI‑MARTI & Bruno FOTI)

Membres de la thématique: Pascal ADALIAN, Eric BACCINO, Catherine BOVAL, Caroline CAPUANI, Jean-Hugues CATHERINE, Romain CEINOS, Chantal CHAMPEAUX, Amandine CHRISTIA-LOTTER, Jacques DESFEUX, Patrick DESSI, Marc-Antoine DEVOOGT, Bruno FOTI, Laurent GUYOT, Jean-Luc JOUVE, Angéline KERNALLEGUEN, Frédérique LAGACE, Romain LAN, Georges LEONETTI, Laurent MARTRILLE, Clémence MOPIN, Mélissa NIEL, Fabrice NIORT, Michel PANUEL, Pierre-Antoine PEYRON, Marie-Dominique PIERCECCHI-MARTI, Floriane REMY, Laure SANTINI, Delphine TARDIVO, Luisa Maria TORRES NOGUEIRA, Lucile TUCHTAN et Emeline VERNA.

L’anthropologie médico-légale est une partie intégrante de l’anthropologie biologique, dont elle reprend le sujet d’étude – l’Homme – et les données concernant la variabilité des populations humaines. Toutefois, elle se focalise sur un seul individu au sein d’une population et doit répondre à des contraintes d’application strictes. Sa dimension de «spécialité appliquée» impose un traitement singulier de l’information, et son domaine d’application – strictement judiciaire, et encadré par des procédures administratives et légales– impose de très fortes contraintes de fiabilité. Ces deux particularités sont suffisamment importantes pour que les pays anglo-saxons, ainsi qu’une forte majorité de pays européens, en fassent désormais une spécialité universitaire à part entière. Elle n’en demeure pas moins fortement liée à l’anthropologie biologique car si l’interprétation des résultats est propre à ce champs de connaissance – et nécessite la création d’outils méthodologiques originaux – on peut considérer qu’il s’agit d’une transposition à un contexte de procédure judiciaire des méthodes de l’anthropologie biologique et plus particulièrement des méthodes d’analyse du squelette telles que les mobilise l’anthropologie funéraire.

En raison des contraintes de fiabilité et d’absence de droit à l’erreur que nous avons évoquées, il devient indispensable de construire en amont, dès le recueil des données populationnelles et la construction des abaques de référence, des méthodes et des outils permettant d’assurer une fiabilité maximale de l’expertise. En premier lieu, les méthodes doivent être adaptées à l’étude d’un seul individu, car il n’est pas question ici d’approches statistiques autorisant la compensation d’erreurs ou un taux de réussite « globalement satisfaisant ». Bien évidemment, les méthodes de notre champs disciplinaire restent basées sur des paramètres biologiques et doivent donc prendre en considération la variation « normale » et irréductible des individus. Elles imposent donc de définir un « intervalle de confiance de la prédiction individuelle » que nous devons nécessairement assortir d’un taux de fiabilité. Celui-ci permettra à la justice de trancher en conscience, puisque les conséquences directes de nos estimations peuvent être lourdes. Enfin, l’objectif final de notre démarche d’anthropologue médico-légal est de parvenir à une identification des corps ou des restes de corps analysés.

Dans ce but, nous distinguerons donc une première grande phase d’orientation du contexte de découverte (techniques de levée de corps spécifique, détermination de l’origine des ossements et de leur ancienneté, méthodes de tri et dénombrements en cas de découverte complexe), puis nous aborderons une phase de détermination du profil biologique de l’individu retrouvé (affinité populationnelle, âge, sexe, stature – que nous détaillerons selon les grands groupes d’âges et de méthodes accessibles). La troisième phase sera celle de l’observation de caractéristiques et de «l’histoire de vie» (variations anatomiques, caractères discrets, traumatismes et pathologies et éventuellement traces témoignant des conditions du décès) et pour finir la quatrième phase sera celle de l’identification comparative (confrontation de données ante et post mortem) qui a pour but de nous conduire à un rejet d’identité supposée (comparaison négative) ou à l’identification formelle (positive) du corps expertisé.

L’objectif des recherches développées au sein de notre thématique est donc d’une part d’améliorer la précision des méthodes d’analyses ostéologiques servant aux différentes phases de l’identification des corps, sans jamais faire aucune concession sur leur fiabilité, et d’autre part de chercher à définir de nouvelles approches (biométriques, morphologiques ou physiologiques) qui permettraient le développement de nouvelles méthodes simples et fiables. Enfin, pour que ces méthodes aient une applicabilité optimale, il sera indispensable de considérer une harmonisation internationale des pratiques.

Pour l’année 2018-2019 les réunions de thématique, élargies à toute l’équipe 2, ont eu lieu sur le site de la Timone les 1er mars 2019 (14h-15h), 29 mars 2019 (14h-16h), 26 avril 2019 (14h-16h), vendredi 24 mai 2019 (14h-16h).

Pour l’année universitaire 2020-2021, les réunions de l’équipe 2 ont eu lieu les jeudi 18 mars 2021 (15h00-17h00, réunion de lancement et tour de table), jeudi 15 avril 2021 (14h30-17h), jeudi 20 mai 2021 (14h30-17h), et jeudi 17 juin 2021 (14h30-17h).

Thématique 4: Anthropologies de la mort de masse (responsable scientifique Elisabeth ANSTETT)

Membres de la thématique: Frédéric ADAM, Élisabeth ANSTETT, Nathalie BROWN, Clara DUTERME, Pierre GUYOMARC’H et Pierre PERICH.

Cette thématique rassemble des chercheurs qui développent une approche critique et comparée des pratiques funéraires contemporaines en temps de crise (épidémies, catastrophes, guerres, génocides), et s’intéressent plus largement  aux différents enjeux  de la prise en charge de la mort de masse.

La compréhension des multiples questions (techniques, logistiques, religieuses, culturelles, diplomatiques, politiques ou économiques) qui se sont posées à de nombreuses sociétés à diverses époques lors d’épisodes de mortalité massive, requiert l’apport de plusieurs perspectives disciplinaires ainsi qu’une ouverture sur des comparaisons internationales. A ce titre, la pluridisciplinarité représente l’un des points forts de cette thématique qui associe anthropologues, archéologues, médecins légistes, historiens et politistes.

L’objectif général de cette thématique est de questionner la spécificité des pratiques funéraires et mortuaires relevant de situations de mortalité brutale et massive (impliquant des inhumations d’urgence, mais aussi des exhumations ou des autopsies avant réinhumations) en apportant notamment aux recherches engagées sur les procédures d’identification par nos collègues médecins légistes et anthropologues médico-légaux de la thématique 3, une mise en perspective de leurs enjeux sociétaux et historiques.

Dans le cadre de cette thématique, plusieurs programmes de recherche sont (ou ont été) engagés:

Depuis le 15 janvier 2020 et jusqu’en juillet 2023, le programme de recherche TRANSFUNERAIRE (approche comparative des rituels collectifs de réinhumation en Europe et en Amérique-Latine XXe-XXIe siècles; voir le Blog du programme ici: https://funeraire.hypotheses.org/) qui bénéficie d’un financement de l’ANR et qui associe plus d’une dizaine de chercheurs européens et latino-américains, s’attache à l’étude des pratiques collectives de réinhumations dans les configurations contemporaines de post-conflits armés.

La thématique porte l’accord de partenariat signé entre le SHD (le Service Historique de la Défense) et l’UMR 7268 Ades, visant à établir une coopération dans le domaine de la recherche et de l’enseignement. Dans le cadre de ce partenariat, le projet War Losses/Pertes de guerre (voir le Blog du programme ici: https://warlosses.hypotheses.org/) aborde plus particulièrement la question des crises de mortalité provoquées par les conflits armés.

De 2018 à 2020, le programme de recherche ARCHEOFOR (prise en charge des restes humains contemporains : nouveaux enjeux et nouveaux défis pour l’archéologie; voir le Blog du programme ici: https://archeofor.hypotheses.org/) bénéficiant d’un financement ECOS Sud, a associé des chercheurs membres de l’UMR Adès et des universitaires uruguayens, et a permis d’étudier l’administration des restes humains en déshérence.

Des réunions de thématique ont lieu mensuellement en salle de réunion de l’aile rouge sur le site de la Timone (27 boulevard Jean Moulin, 13005, Marseille).

Date des réunions pour 2019 : 29 janvier (13h-15h), 27 février (13h-15h,), 27 mars (13h-15h), 17 avril (13h-15h), 15 mai (10h-12h), 19 juin (14h-16h), 10 septembre (10h-12h), 20 novembre (14h-16h), 18 décembre (10h-12h).

Dates des réunions pour 2020: 14 janvier (14h-16h), 7 février (14h-16h), 17 mars (14h-16h), 28 avril (14h-16h), 19 mai (14h-16h), 16 juin (14h-16h), 22 septembre (14h-16h), 13 octobre (14h-16h), 17 novembre (14h-16h) et 15 décembre (14h-16h).

Dates des réunions pour 2021:  les réunions seront communes avec celles de la thématique 3 et fusionnées en réunions d’équipe (voir haut de la page).