Michel SIGNOLI

Directeur d’unité / DR2

Faculté de Médecine – Secteur Nord, Batiment A – CS80011, Bd Pierre Dramard, 13344 MARSEILLE Cedex 15

04 91 69 88 90

Responsabilités scientifiques et administratives : Directeur de l’UMR 7268 ADES (Anthropologie bio-culturelle, Droit, Ethique et Santé) Aix-Marseille Université-CNRS-EFS. Membre du Conseil scientifique de la Faculté de Médecine de Marseille. Membre du Comité Expert et Conseil du Musée de l’Armée, Musée des Invalides, Paris.

Parcours : 1989 : D.E.U.G. d’Histoire et de Géographie, Université de Provence. 1990 : Licence d’Histoire, Université de Provence. 1994 : Maîtrise de Préhistoire et d’Anthropologie, Université de Provence. 1995 : D.E.A. Préhistoire et d’Anthropologie, Université de Provence. 1998 : Doctorat de l’Université Aix-Marseille II. 2003 : H.D.R. de l’Université Aix-Marseille II.

Thématique(s) de recherche : Mes thématiques de recherche concernent les sépultures multiples et simultanées en relation avec les épidémies du passé ou les conflits récents. Ces recherches se font dans le cadre de collaborations interdisciplinaires et avec de nombreux partenaires français et étrangers.Mes travaux réalisés sur les contextes épidémiques ont essentiellement porté sur des lieux d’inhumations de victimes d’épidémies de peste en France comme à l’étranger et sur des contextes chronologiques allant du VIe au XVIIIe siècle. Cette approche vise à mettre en évidence ce que fut la gestion funéraire de ces moments de mortalité extraordinaire en faisant une lecture simultanée des sources historiques et des archives biologiques. L’analyse des données de terrain et de laboratoire des faits archéologiques et des données biologiques permet de renseigner sur la mort (pratiques funéraires, gestion des corps…) et sur les morts d’un point de vue individuel et populationnel (sexe, âge, état sanitaire…). Ces approches ont été notamment l’occasion de réfléchir autour de la perception du corps atteint, d’établir des tables de mortalité type-peste, d’identifier l’ADN ancien du bacille de la peste.Les recherches réalisées autour des sépultures multiples et simultanées à recrutement militaires sont également réalisées en France comme à l’étranger. Ces travaux ont par exemple concerné plus de 3000 soldats de la Grande Armée décédés en 1812 (Vilnius, Lituanie), comme des soldats Français (la Gruerie), Allemands (Massiges), Australiens et Britanniques (Fromelles) tués durant la Première Guerre mondiale.Au-delà des problématiques de recherche propres à l’archéo-anthropologie (gestion des corps, modalités funéraires…), des objectifs anthropo-médico-légaux participent à ces approches (identification individuelle, cause de la mort…).

Enseignement et formation : Depuis 1996, je participe à plusieurs enseignements de 2e et de 3e cycle, en moyenne 80 heures annuelles. J’ai dirigé ou co-dirigé 18 doctorats d’université et 38 D.E.A. ou M2.