Vient de paraître: Dernières nouvelles de Sapiens (S. Condemi et F. Savatier, oct. 2018)

Notre collègue archéologue Silvana Condemi, membre statutaire d’Ades et co-directrice de l’équipe “Bio-archéologie et paléoanthropologie”, vient de publier aux éditions Flammarion, conjointement avec le journaliste François Savatier, un ouvrage consacré à l’histoire d’Homo Sapiens.

“Peu de disciplines ont été autant bouleversées ces dernières années que la préhistoire. Grâce au progrès de la génétique,  on sait par exemple qu’il y a 40 000 ans, nous partagions la planète avec trois autres espèces du genre Homo. Quant aux nouvelles méthodes de datations, elles nous ont appris que Sapiens avait quitté son berceau africain au bas mot 100 000 ans plus tôt que ce qu’on imaginait…. En parallèle, l’anthropologie s’est attaquée à la question du propre de l’Homme : en définitive, est-ce l’utilisation d’outils ? La présence d’un « gros » cerveau ? Le langage articulé ? La bipédie ? L’empathie ?

C’est dire l’urgence de faire le point sur nos ancêtres et d’écouter les dernières nouvelles de Sapiens. Non content de livrer une précieuse synthèse à jour des tout derniers résultats, les auteurs reviennent en effet sur le devenir de notre étrange espèce. Ils proposent une passionnante lecture de l’animal culturel  que nous sommes, ce migrant à la démographie galopante qui a transformé à jamais son environnement.

Silvana Condemi est paléoanthropologue, directrice de recherche au CNRS à Aix-Marseille Université. François Savatier est journaliste au magazine Pour la Science où il couvre notamment les sciences du passé.  Leur précédent livre, Néandertal, mon frère (2016), a été traduit en plusieurs langues et a reçu le Grand prix du livre d’archéologie 2017.

Vient de paraître: Gathered in death (A. Schmitt, S. Déderix et I. Crevecoeur eds. 2018)

Notre collègue archéologue Aurore Schmitt, membre statutaire d’Ades et co-directrice de l’équipe “Bio-archéologie et paléoanthropologie”, vient de publier aux Presses Universitaires de Louvain un volume consacré aux sépultures collectives.

This volume comprises the proceedings of an international workshop that took place at the UCLouvain in Belgium on the 8th and 9th of December 2016. This workshop addressed the topic of collective burial practices, focusing on two main questions: “Who are the deceased buried together in collective tombs?” and “Why are these deceased buried collectively?” Archaeologists, ethnologists and ethnoarchaeologists were thus invited to discuss the identity of the deceased deposited in collective burial places, as well as the ideological and social motivations for gathering the dead in the same tomb over several generations. The chapters in the volume examine case studies ranging from contemporary Madagascar and Austronesia to the Prehistoric Mediterranean and Dynastic Europe. They also reinitiate discussions regarding the potential of archaeological and anthropobiological datasets to approach social organization among past populations.

Pour plus d’informations voir le sommaire ci-après et le site de l’éditeur: ici.

Continuer la lecture

Vient de paraître: un article du journal Nature dont Aurore Schmitt est co-auteure (mars 2018)

Notre collègue archéologue Aurore SCHMITT, chargée de recherche au CNRS, membre statutaire de notre unité et co-responsable de l’équipe “Bio-archéologie et paléo-anthropologie” a participé à une recherche qui a récemment fait l’objet d’une publication dans la revue Nature, International Journal of Science. A lire ici : The Beaker phenomenon and the genomic transformation of northwest Europe  (Iñigo OlaldeSelina Brace […] David ReichNature volume 555pages190–196 (08 March 2018).

Abstract: From around 2750 to 2500 BC, Bell Beaker pottery became widespread across western and central Europe, before it disappeared between 2200 and 1800 BC. The forces that propelled its expansion are a matter of long-standing debate, and there is support for both cultural diffusion and migration having a role in this process. Here we present genome-wide data from 400 Neolithic, Copper Age and Bronze Age Europeans, including 226 individuals associated with Beaker-complex artefacts. We detected limited genetic affinity between Beaker-complex-associated individuals from Iberia and central Europe, and thus exclude migration as an important mechanism of spread between these two regions. However, migration had a key role in the further dissemination of the Beaker complex. We document this phenomenon most clearly in Britain, where the spread of the Beaker complex introduced high levels of steppe-related ancestry and was associated with the replacement of approximately 90% of Britain’s gene pool within a few hundred years, continuing the east-to-west expansion that had brought steppe-related ancestry into central and northern Europe over the previous centuries.

Vient de paraître: Cahiers de la Méditerrannée (n°96, juin 2018)

Plusieurs de nos collègues, Michel Signoli, Stéfan Tzortzis, Salvatore Speziale, Dominique Chevé et Walter Bruyère-Ostells, chercheurs titulaires, associés ou affiliés de l’UMR Adès, ont participé au dossier thématique paru sous la direction de Benoit Pouget dans le dernier numéro des Cahiers de la Méditerrannée.

En confrontant des traditions historiographiques riches, en proposant des analyses qui reposent notamment sur l’examen des dynamiques circulatoires, en s’appuyant sur une documentation variée, en croisant les problématiques médicales, géostratégiques et anthropologiques, ce dossier propose une large réflexion sur l’Occident et sa médecine au chevet de l’Orient épidémique. En effet, si « l’épidémie est une circulation mauvaise, pernicieuse, mortifère », elle est aussi un lien jeté par-delà les mers entre des nations et leurs populations qui, plus que la mer, ont les microbes en partage.

https://journals.openedition.org/cdlm/ 

Vient de paraître, le n°16 de la revue Corps (2018)

La nouvelle livraison la Revue Corps (Paris, CNRS-Editions), intitulée « Des corps en Afrique de l’Ouest » propose d’une part deux dossiers thématiques dirigés par des chercheurs de l’UMR Adès (Aix Marseille Univ, CNRS, EFS, Marseille) et de l’UMI ESS (UCAD, Dakar) dont les collaborations ont donné naissance à des études pluridisciplinaires franco-sénégalaises, et d’autre part un cahier iconographique sur la région du Ferlo au Sénégal et ses populations peules, ainsi que des articles sur différentes pratiques de combat (le gouren et le MMA). Un premier dossier de plus de 200 pages, issu des travaux des chercheurs du projet « Corps en lutte » (dir. D. Chevé et C/T. Wane)  et intitulé « Lutter au Sénégal : pratiques et monde de vie », croise des approches et des sujets permettant de faire de cette pratique complexe qu’est la lutte, un prisme de lecture de la société sénégalaise toute entière; un second dossier consacré  aux « Corps vécus, parlés, construits en Afrique sub-saharienne » est dirigé par Gilles Boëstch et Lamine Ndiaye. Ces différentes études sur les états, les pratiques et les représentations des corps en Afrique sub-saharienne et au Sénégal en particulier permettent de mieux appréhender les sociétés observées, leurs ancrages dans la grammaire et le lexique autochtones conjugués aux mutations et hybridations qui tiennent à la globalisation.

https://www.cairn.info/revue-corps.htm