6e congrès de l’INoGS (4-7 juil. 2018, Marseille)

L’INoGS (International Network of Genocide Scholars) a été fondé en 2005 afin d’offrir aux études sur les violences de masse et les génocides, un espace non-partisan de débats permettant de mettre en discussions des recherches et des analyses portant sur tous les aspects des violences extrêmes. Les congrès  internationaux de l’INoGS organisés depuis 2009 à Sheffield, Brighton, San Francisco, Cape Town et Jérusalem, ont attesté de l’intensification de la recherche universitaire sur une vaste série de problématiques d’une importance fondamentale pour le champ en développement des «genocide studies », incluant des questions d’ordres théoriques et méthodologiques, des interrogations sur les fondements psycho-sociologiques, juridiques et éthiques à partir desquels peuvent être saisis les épisodes de violence extrême, tout autant que des réflexions nées de l’urgence à développer des moyens plus efficaces pour prévenir et stopper les violences de masse de façon globale.
La 6e Conférence Globale de l’INoGS qui se tiendra à la Faculté de Médecine de l’Université d’Aix-Marseille du 4 au 7 Juillet 2018 et dont notre UMR a été l’organisateur principal, réunira près de 150 participants de 40 nationalités différentes. Elle ambitionne d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche sur la violence extrême en stimulant des échanges entre les sciences médicales et les sciences sociales, juridiques et humaines. La détection précoce et la prévention de la violence représente en effet un défi global adressé à tous les champs du savoir.
La 6e Conférence Globale de l’INoGS se propose ainsi de débattre de différents cas de crimes de masse du passé et du présent, en questionnant aussi bien les causes que les effets à courts et longs termes des processus génocidaires, en favorisant les échanges entre toutes les approches disciplinaires.
Pour plus d’information voir le site web de la conference: http://www.inogsconference2018.com/ 

Journée d’étude sur les outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives (30 oct. 2018, MMSH Aix)

Renouvellement des outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives : échanges méthodologiques 

Journée d’étude organisée par Yaramila  TCHEREMISSINOFF  (Inrap, Lampea -UMR 7269) et Aurore SCHMITT (CNRS, Ades – UMR 7268) le 30 octobre 2018, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix en Provence (Salle Duby).

Depuis environ sept ans1, les outils informatiques liés au géo-référencement des données (photogrammétrie, SIG, modèles 3D) se sont considérablement démocratisés sous la forme d’une plus grande accessibilité des logiciels en termes d’acquisition et de traitement des données. Dans le cadre de la discipline archéologique en particulier, une politique d’installation de logiciels dédiés très performants, couplés à la mise en place de services supports, de référents et de formations, permettent désormais aux archéologues d’intégrer pleinement ces outils aux stratégies de fouilles et d’études.

Dans le cadre de l’archéologie funéraire, ces logiciels ont rencontré un fort engouement (séminaires du réseau « ISA » en 2013 à Pessac et « EVENA » à Tours en 2015)2 pleinement justifié par le fait qu’ils touchent à l’objet même de la pratique archéologique contemporaine, c’est-à-dire à la cotation des vestiges en vue de l’analyse de leur répartition spatiale. De tels outils se révèlent particulièrement précieux pour l’étude des sépultures collectives. Ils permettent notamment l’enregistrement et l’exploitation d’une masse de données complexes et considérables, dont le traitement constituait, auparavant, un obstacle majeur y compris en termes de faisabilité. De nombreux retours d’expérience relatifs à la fouille de tels contextes sont désormais possibles. Ils témoignent probablement de différentes réussites, comme c’est généralement le cas dans les phases de renouvellement méthodologique important, mais ils sont surtout des outils permettant de développer des problématiques transdisciplinaires à l’échelle du gisement. Nous proposons donc d’échanger sur ce sujet dans le cadre d’une journée d’étude.

1 : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00956198

2http://www.msh-vdl.fr/article/seminaire-outils-d-analyse-des-processus-de-depot-et-des-evenements-post-depositionnels-l

PROGRAMME

Matinée : La prise de données sur le terrain

M. Le Roy (Queen’s University Belfast), C. de BecDelièvre (Université de Belgrade, UMR 7268 ADES), S. Rottier (Université de Bordeaux, UMR 5199 PACEA), S. Thiol (Inrap) : De feu et d’os : la sépulture collective néolithique de la Truie Pendue (Passy-Veron, Yonne), application SIG.

Y. Tchérémissinoff (Inrap et UMR 7269 du Lampea), M. Seguin (Inrap) : Mise en place d’un protocole photogrammétrie et SIG dès la fouille préventive : la sépulture collective de Mas Rouge à Montpellier (Hérault).

C. Paresys (Inrap, CEPAM, UMR 7264), I. Le Goff (Inrap, UMR 7041) : Retour d’expérience de la fouille et de l’analyse spatiale d’une structure complexe : la sépulture collective de Buchères Parc Logistique de l’Aube.

Après-midi : l’exploitation des données

L. Salanova (UMR 8546 – AOrOc), P. Chambon (UMR 7206 EAE) : Enregistrement, exploitation et archivage des données de la sépulture collective de Bury (Oise). Retour d’expérience des méthodes utilisées.

A. Zemour (LaScArBx, UMR 5607 – Ausonius), H. Guy (Inrap, Centre Norbert Elias) : Réflexions sur l’apport d’un SIG à la lecture dynamique d’un dépôt collectif : le cas de Saint-Sauveur « Les Grès » (Somme).

 B. Bizot (SRA PACA, UMR 7268 ADES), A. Schmitt (UMR 7268 ADES) : L’outil SIG au secours d’un contexte funéraire en déshérence : l’hypogée des Crottes (Roaix, Vaucluse).

S. Sachau (post-Doctorante, UMR 5140 ASM) : D’os en os, compréhension des ensembles funéraires complexes grâce à la restitution tridimensionnelle : l’exemple des sépultures plurielles.

Conférence – Bodies out of Place: Mass Violence, Mass Graves and Necropolitics

Notre collègue Francisco Ferrandiz, anthropologue social au CSIC (Espagne) et chercheur associé de la thématique 4 « Anthropologie de la mort de masse » organise du 18 au 21 juillet prochain à Donosti au Pays Basque espagnol, une conférence intitulée Bodies out of Place: Mass Violence, Mass Graves and Necropolitics, à laquelle participeront plusieurs chercheurs membres ou associés à notre unité.

This international conference invites some of the leading international specialists in the analysis of mass grave exhumations as human rights tools. Mass grave exhumations linked to human right violations, which already started in the mid-eighties, have become increasingly important worldwide in the 21st-century. Gradually, they have become an increasingly prestigious phenomenon for truth, justice and reparation of victims of the outmost importance, as they are radically transforming the ways in which societies deal with the traumatic past, including the consolidation of forensic science as a privileged technique and methodology for interpreting the past –a phenomenon known in social sciences as the forensic turn.

The purpose of this conference is to critically analyse, in a comparative fashion, different processes of mass grave exhumations in various parts of the world, including Russia, Timor, Central African Republic, the Netherlands, Germany, the US, Vietnam, Poland, Peru, Colombia, Mexico and Argentina, as well as the more specific cases of Spain and the Basque Country. Thematically, the conference includes from Civil War mass grave exhumations in Spain to the Soviet gulags, the identification of human remains recovered in the twin tower’s rubble, the search for US MIAs, the case of the Mexican searchers, post-war plundering in Holocaust mass graves, the cultural and political elaboration of the disappeared, and the religious aspects of exhumations, among others.

In order to engage the comparative study of mass grave exhumations in different historical, cultural and political contexts, the conference includes scholars from different disciplines: forensic doctors, social anthropologists, lawyers, political scientists, sociologists, archaeologists, historians and literary critics. The conference also includes a monographic panel with representatives of Spain’s main memorial institutions.

Pour plus d’information sur la conférence et pour les inscriptions consulter  le site web suivant: https://www.uik.eus/en/cuerpos-incomodos-violencia-masiva-fosas-comunes-y-necropolitica

Cours et Symposium de la FASE (Marseille, septembre 2018)

The Forensic Anthropology Society of Europe (FASE) is calling for participation in a one-week Basic Course in forensic anthropology, that will be followed by a one-day symposium at the Medical faculty of Aix-Marseille University (France), from the 17th to the 22nd of September 2018.

The course (that will be held from monday the 17th to friday the 21st of September 2018) will gather 60 participants (students, anthropologists, archaeologists and forensic practitioners or legal medicine specialists), and a total of 15 lecturers and members of the laboratory staff.

The course will be divided in two parts. The first « morning » part will be dedicated to oral presentations held by renowned experts in the field, including Prof Pascal Adalian, Prof. Eric Baccino, Prof. Cristina Cattaneo, Prof. Eugénia Cunha, Prof Philippe Lefèvre, Prof. Ann Ross, Prof. Douglas Ubelaker, Dr Zuzana Obertova, Dr Anja Petaros. The second « afternoon » part will be dedicated to practical sessions. Besides presenting the main topics of forensic anthropology, including biological profile construction, trauma analysis, and taphonomy, the lectures and hands-on-it sessions will also focus on such issues as forensic facial reconstruction, laboratory management procedures, or writing forensic reports and witnessing in court.

The Symposium will be held in the same venue, on saturday the 22nd of September 2018, from 9AM to 18AM. Abstract submission for FASE One-day SYMPOSIUM is open. The form is available here.

 

For more information and for registration please see the FASE website: www.forensicanthropology.eu 

Conférence « Anticiper, prévoir, prédire en psychiatrie : enjeux éthiques »

Le colloque aura lieu  le vendredi 26 janvier 2018 de 8h30 à 17h,  à l’amphithéâtre HA1, Hôpital adultes de la Timone, 264 rue Saint Pierre, 13005 Marseille.

Anticiper, prévoir, prédire sont des thématiques qui parcourent l’histoire de l’humanité ; elles jalonnent la vie quotidienne, le champ des sciences, les pratiques de la médecine et de la psychiatrie. Dans un temps perpétuellement fuyant où le présent est chargé du passé comme du futur, que recouvrent ces concepts et quels en sont leurs différents usages sur le plan historique et dans la société contemporaine ? La vocation de ce colloque est d’inviter à une réflexion multidisciplinaire visant à éclairer les enjeux éthiques de l’anticipation, de la prévision et de la prédiction dans l’orientation de nos choix thérapeutiques tant au niveau de la clinique singulière que des actions institutionnelles et sociétales.

Lire la suite