Soutenance habilitation: Répartition des systèmes de groupes sanguins (Stéphane Mazières, 4 dec. 2018)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la soutenance d’HDR de Stéphane MAZIERES qui se déroulera le lundi 4 décembre 2017 à 13h30 – Faculté de Médecine Timone – Salle de thèse n°2 (1er étage aile bleue).

Titre: Répartition des systèmes de groupes sanguins : approche anthropologique et relecture des données génétiques à haute résolution.

Le jury sera composé du Pr. J-L Mège  (PUPH, Pdt du Comité Scientifique et Président), Pr. C. Badens  (PUPH, INSERM UMR_S910 et  Rapporteur externe), Pr. J. Braga  (PU, UMR5288 AMIS  et Rapporteur externe), Pr. P. Francalacci  (PU, Université de Sassari et Rapporteur externe), Pr. E. Esteban  (PU, Université de Barcelone  et Examinateur), Dr. B. Pakendorf  (DR1 CNRS, UMR5596 DDL  et Examinatrice) et du Pr. J. Chiaroni  PUPH, UMR7268 ADES/EFSAM et Examinateur).

Résumé des ouvrages et travaux

Mes travaux de recherche relèvent de l’anthropologie génétique et traitent des modalités de peuplement et d’adaptation de l’Homme depuis la Préhistoire. La première partie de mes recherches, nécessitant plusieurs séjours en Guyane, en Argentine, au Brésil et en Angleterre, a montré que le patrimoine génétique amérindien avait été introduit en 3 phases de peuplement après une forte contraction démographique, suivies de comigrations gène/langue particulièrement visibles en Amérique Centrale et Sud. Validée par 9 articles dans des revues comme American Journal of Physical Anthropology, Annals of Human Genetics ou Nature, la mise en évidence du rôle des migrations m’a permis d’intégrer le CNRS en 2010 et d’orienter mes travaux vers l’étude de la répartition des systèmes de groupes sanguins érythrocytaires (GSE) par une réappréciation des données genome-wide et de séquençage total.

L’objectif de ce projet est de (1) décrire la diversité érythrocytaire des populations humaines à l’aide des données génomiques, puis (2) de faire la part de ce qui revient de la sélection naturelle, la démographie et ses conséquences, la structure sociale et les contributions des Homo archaïques. Pour cela, je coordonne en ce moment un programme de recherche de 2 ans et j’ai dirigé 25 sujets de mémoire de Master 1 et 2 afin de mettre en corrélation des faits génétiques, culturels et environnementaux. En scrutant la phylogéographie du chromosome Y et l’histoire des langues, nous avons déjà révélé les modalités de dispersion de l’antigène Dia du système Diego en Amérique et en Eurasie. Ces résultats préliminaires ont donné lieu à 2 articles cosignés par 3 étudiants (PLoS ONE + en cours) et une thèse en cours que je coencadre.

D’une manière générale, l’étude des GSE par une relecture des données genome-wide et une interprétation multidisciplinaire telle que pratiquée en anthropologie contribue à la compréhension de la répartition de polymorphismes cruciaux en transfusion, permettant d’ancrer plus fortement l’expertise des groupes sanguins au sein d’une UMR constituée en partie de chercheurs de l’Établissement Français du Sang.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.