Thématique 9: Groupes sanguins: répartitions et interactions homme-milieu

Responsables : Jacques CHIARONI & Stéphane MAZIERES

Membres de la thématique:

Cette thématique s’intéresse à l’étude de la répartition de la diversité génétique humaine actuelle. Nous portons une attention particulière à la diversité génétique des systèmes de groupes sanguins pour deux raisons : tout d’abord il semble qu’ils soient sortis des débats anthropologiques depuis l’avènement de la biologie moléculaire ; ensuite parce qu’il demeure de nombreuses questions non-résolues relatives à leur répartition, leur rôle précis et leur histoire évolutive. Ainsi, notre thématique ambitionne particulièrement de « ressusciter » les polymorphismes des systèmes de groupes sanguins afin de les mener au premier plan de l’Anthropologie Biologique par les méthodes actuelles d’exploration et de traitement de la génétique des populations. Pour mener ce projet, nous avons tracé deux programmes de recherche à savoir :

Programme A – Archéo-génétique : co-migration gènes actuels / gènes et cultures du passé

              Ce Programme consiste à mettre en évidence des corrélations entre la dispersion géographique de la diversité génétique actuelle et celle de traits culturels anciens, documentés par les Sciences Humaines et Sociales. Il s’agit d’un programme de recherche qui se place dans la continuité des travaux réalisées par l’Equipe 4 sur l’étude des peuplements anciens (Asie Centrale, Amérique, Chypre) et validés par des articles référencés dans des revues internationales à comité de lecture. Par l’étude de l’histoire de la dispersion des populations, ce programme permettra aussi de mieux comprendre l’une des causes de la répartition actuelle des groupes sanguins érythrocytaires et leuco-plaquettaires entre les populations. Il réside donc dans le programme A un intérêt collatéral à la tutelle EFSAM de l’UMR 7268 ADES.

L’UMR 7268 ADES intervient depuis de nombreuses années dans des missions de fouilles archéologiques régionales et internationales (Crète, Equipe 1) et l’équipe de génétique bénéficie de collaborations reconnues en génétique des populations et étude des peuplements: équipes de Alicia Sanchez-Mazas (Université de Genève), Pr. Constantinos Deltas (Université de Chypre), Paolo Francalacci (Université de Sassari), Paul Nebbia (Musée de Préhistoire et d’Archéologie Corse), Richard Villems (Estonian Biocentre), Peter Underhill (University de Stanford), Esther Esteban (Université de Barcelone), Rosario Calderon (Université Complutense de Madrid). Pour entretenir ce réseau dynamique, des programmes d’échanges internationaux (ERASMUS) seront envisagés. Par ailleurs, la la région PACA comme le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) sont des acteurs particulièrement sensibles à ces recherches et leur soutien sera sollicité notamment pour la diffusion grand public.

Programme B – Répartition des polymorphismes sanguins et environnements sélectifs

Il s’agit d’un programme de recherche nouvellement identifié qui exploite les favorables de conditions scientifiques et recrutement acquis ces deux dernières années. Le Programme B vise à démontrer le rôle de certains environnements sur le maintien ou l’élimination de certains polymorphismes sanguins par sélection. Si les expansions des populations depuis le Out of Africa sont responsables de la dispersion d’une partie de la diversité génétique humaine, les migrations n’expliquent pas tout. Certains mécanismes d’adaptations biologiques et culturels ont permis aux populations de pouvoir s’installer durablement dans les niches écologiques les plus variées et les plus sélectives. Dans bien des cas, nous avons des informations fonctionnelles suffisantes pour supposer des interactions entre certains polymorphismes sanguins, notamment érythrocytaires, et des parasites, des virus et des bactéries. Dans d’autres cas, c’est la similarité entre la distribution géographique de certains systèmes de groupes sanguins et certains environnements qui suggèrent des interactions, particulièrement pour la frange intertropicale. On imagine alors que certaines contraintes environnementales peuvent avoir droit de vie ou de mort sur les individus portant certains antigènes. Or l’ensemble de ces relations gène/environnement ne sont pas clairement décrites. C’est là que réside toute l’ambition de ce Programme B.

Points-clés de la thématique 9

  • elle se positionne sur la relecture des données « genome-wide » pour les loci des systèmes de groupes sanguins.
  • elle bénéficie de conditions favorables pour son émergence : un contexte scientifique optimal, une participation significative à la formation par la recherche et un socle de compétences géographiquement compact pour catalyser les interactions.
  • elle est fortement impliquée dans la formation : elle renferme à ce jour 1 PUPH, 1 MCU et 1 CR dispensant environ 550 HETD/an. Ces actions seront maintenues dans le prochain contrat. Certains des enseignements proposés au parcours Master Anthropologie Biologique seront restructurés en 3 nouvelles unités d’enseignement de 6 crédits chacun : Introduction à l’Anthropologie Biologique, Etude de la diversité génétique et Archéo-génétique. Les deux premières sont proposées en Master 1, semestre 1 et 2 ; la troisième en Master 2, semestre 3. L’objectif est double : permettre aux étudiants d’acquérir les bases théoriques, scientifiques, techniques et éthiques de l’exploration de la diversité génétique humaine et de son interprétation, et leur permettre d’acquérir les connaissances minimales des autres disciplines qui composent le champ de l’anthropologie.
  • elle amorce une transition vers les données « genome-wide » disponibles. A ce titre, elle a un besoin très urgent de recrutements ciblés.