Thématique 5: Anthropologie bio-culturelle (états, pratiques, mesures et représentations du corps)

Responsables scientifiques : Loïc LALYS & Dominique CHEVÉ

Membres de la thématique: Bernard ANDRIEU, Marianne BARTHELEMY, Philippe BERBIS, Katia CHAUMOITRE, Dominique CHEVE, Emmanuel DELAPORTE, Bruno DANIC, Philippe DE SOUTO BARETTO, Anne-Marie FERRANDEZ, Virginie FERRERA-TOURENC, Dominique GRASSINEAU, Sylvie GROSS, Loic LALYS, Catherine LAZAYGUES, Charles MAC DONALD, Gérald MAILLE, Chloé MENSE, Anne RASKIN, Jacques ROZEMBERG, Michel RUQUET, Bérangère SALIBA-SERRE, Anne Sophie SAYEUX, Philippe STEFANINI, Corinne TARDIEU, Audrey VIALE-GARONNE, Tidiane WANE et Carole ZAKARIAN.

L’anthropologie bio-culturelle s’attache à étudier les états des corps (vulnérabilité, croissance, etc.), les pratiques corporelles (physiques et socio-culturelles) et les représentations du corps (signes, effets, symboles mais aussi conceptions socio-culturelles) avec les outils méthodologiques et d’analyse propres à l’anthropologie (mesure, enquêtes de terrain, analyses d’images, d’archives, etc.). Les logiques qui traversent et construisent les corps sont multiples et complexes : génétiques, physiologiques, sociales, environnementales et culturelles comme historiques. Il s’agit de tenir à la fois l’exigence de rigueur scientifique et la perspective holistique sur la complexité des corps en lien avec les modes de vie, les environnements tant physiques que culturels et sociétaux.

La complexité de cet « objet » corps tient à l’entrelacs du biologique et du culturel qui le constitue, ce qui s’observe tant au plan des populations, de la santé que des facteurs environnementaux. Le corps est un noyau de matière informée, de significations incarnées, de pratiques traversées tant par des déterminants physiologiques que culturels. Cette complexité tient également au fait que les dimensions diachroniques et synchroniques, essentielles en anthropologie bio-culturelle, s’articulent nécessairement au sein de ces objets d’étude.

Ainsi, pour l’anthropologue bio-culturel, le corps n’est ni « naturel » ni « culturel », mais bio-culturel, parce qu’aucune pratique vitale, fondamentale et/ou fondatrice d’une société donnée (reproduction, respiration, alimentation/nutrition, croissance, vieillissement, vie/mort, pratiques corporelles, etc.) ne peut se comprendre, donc ne doit s’étudier et s’expliquer, uniquement par l’examen des faits biologiques ou physiologiques, en excluant les faits culturels et sociaux, ou inversement. Sauf à en revenir à un réductionnisme et à une naturalisation du corps humain.

Les recherches engagées au sein de cette thématique se déploient autour de quatre axes de recherche : Dynamiques de croissance, Biométrie, Pratiques corporelles et Vulnérabilité.