Thématique 3: Méthodes d’identification en anthropologie médico-légale et médecine légale

Responsables scientifiques:Pascal ADALIAN, Marie-Dominique PIERCECCHI‑MARTI & Bruno FOTI

Membres de la thématique: Pascal ADALIAN, Eric BACCINO, Catherine BOVAL, Caroline CAPUANI, Jean-Hugues CATHERINE, Romain CEINOS, Chantal CHAMPEAUX, Amandine CHRISTIA-LOTTER, Jacques DESFEUX, Patrick DESSI, Marc-Antoine DEVOOGT, Bruno FOTI, Laurent GUYOT, Jean-Luc JOUVE, Angéline KERNALLEGUEN, Frédérique LAGACE, Romain LAN, Georges LEONETTI, Laurent MARTRILLE, Clemence MOPIN, Mélissa NIEL, Fabrice NIORT, Michel PANUEL, Pierre-Antoine PEYRON, Marie-Dominique PIERCECCHI-MARTI, Floriane REMY, Laure SANTINI, Delphine TARDIVO, Luisa Maria TORRES NOGUEIRA, Lucile TUCHTAN et Emeline VERNA.

L’anthropologie médico-légale est une partie intégrante de l’anthropologie biologique, dont elle reprend le sujet d’étude – l’Homme – et les données concernant la variabilité des populations humaines. Toutefois, elle se focalise sur un seul individu au sein d’une population et doit répondre à des contraintes d’application strictes. Sa dimension de «spécialité appliquée» impose un traitement singulier de l’information, et son domaine d’application – strictement judiciaire, et encadré par des procédures administratives et légales– impose de très fortes contraintes de fiabilité. Ces deux particularités sont suffisamment importantes pour que les pays anglo-saxons, ainsi qu’une forte majorité de pays européens, en fassent désormais une spécialité universitaire à part entière. Elle n’en demeure pas moins fortement liée à l’anthropologie biologique car si l’interprétation des résultats est propre à ce champs de connaissance – et nécessite la création d’outils méthodologiques originaux – on peut considérer qu’il s’agit d’une transposition à un contexte de procédure judiciaire des méthodes de l’anthropologie biologique et plus particulièrement des méthodes d’analyse du squelette telles que les mobilise l’anthropologie funéraire.

En raison des contraintes de fiabilité et d’absence de droit à l’erreur que nous avons évoquées, il devient indispensable de construire en amont, dès le recueil des données populationnelles et la construction des abaques de référence, des méthodes et des outils permettant d’assurer une fiabilité maximale de l’expertise. En premier lieu, les méthodes doivent être adaptées à l’étude d’un seul individu, car il n’est pas question ici d’approches statistiques autorisant la compensation d’erreurs ou un taux de réussite « globalement satisfaisant ». Bien évidemment, les méthodes de notre champs disciplinaire restent basées sur des paramètres biologiques et doivent donc prendre en considération la variation « normale » et irréductible des individus. Elles imposent donc de définir un « intervalle de confiance de la prédiction individuelle » que nous devons nécessairement assortir d’un taux de fiabilité. Celui-ci permettra à la justice de trancher en conscience, puisque les conséquences directes de nos estimations peuvent être lourdes. Enfin, l’objectif final de notre démarche d’anthropologue médico-légal est de parvenir à une identification des corps ou des restes de corps analysés.

Dans ce but, nous distinguerons donc une première grande phase d’orientation du contexte de découverte (techniques de levée de corps spécifique, détermination de l’origine des ossements et de leur ancienneté, méthodes de tri et dénombrements en cas de découverte complexe), puis nous aborderons une phase de détermination du profil biologique de l’individu retrouvé (affinité populationnelle, âge, sexe, stature – que nous détaillerons selon les grands groupes d’âges et de méthodes accessibles). La troisième phase sera celle de l’observation de caractéristiques et de «l’histoire de vie» (variations anatomiques, caractères discrets, traumatismes et pathologies et éventuellement traces témoignant des conditions du décès) et pour finir la quatrième phase sera celle de l’identification comparative (confrontation de données ante et post mortem) qui a pour but de nous conduire à un rejet d’identité supposée (comparaison négative) ou à l’identification formelle (positive) du corps expertisé.

L’objectif des recherches développées au sein de notre thématique est donc d’une part d’améliorer la précision des méthodes d’analyses ostéologiques servant aux différentes phases de l’identification des corps, sans jamais faire aucune concession sur leur fiabilité, et d’autre part de chercher à définir de nouvelles approches (biométriques, morphologiques ou physiologiques) qui permettraient le développement de nouvelles méthodes simples et fiables. Enfin, pour que ces méthodes aient une applicabilité optimale, il sera indispensable de considérer une harmonisation internationale des pratiques.

Des réunions de thématique, élargies à toute l’équipe 2, ont lieu mensuellement sur le site de la Timone (27 boulevard Jean Moulin, 13005, Marseille), les connexions par Skype sont possibles. Les date des réunions pour le second semestre 2018-2019  sont : (pour février) 1er mars 2019 (14h-15h), 29 mars 2019 (14h-16h), 26 avril 2019 (14h-16h), vendredi 24 mai 2019 (14h-16h).