Conférenciers invités

Lors du congrès de l’école doctorale des sciences de l’environnement, 3 conférenciers sont invités à vous faire découvrir différentes approches des sciences environnementales. Chacune de ces conférences concernera différents thèmes et spécialités d’une composante de cette école, et pourra proposer une ouverture pluridisciplinaire. Les conférences seront réalisées de manière à être compréhensibles par l’ensemble des étudiants.

17 avril 2017 de 14h à 14h50

Quel lien entre les extrêmes météorologiques et climatiques et les gaz à effet de serre ? Serge PLANTON, Chercheur climatologue à Météo-France.

L’actualité nous renvoie fréquemment à l’idée d’une augmentation de la fréquence et de l’intensité des événements météorologiques et climatiques extrêmes. La question d’un éventuel lien avec le changement climatique est bien sûr légitime mais la réponse apportée peut difficilement s’appuyer sur des preuves scientifiques formelles. Dans une présentation générale du lien entre changement climatiques et extrêmes à l’échelle mondiale et en France, nous donnerons un aperçu des derniers résultats de la recherche dans ce domaine illustrés à partir d’événements récents qui se sont produits dans notre pays et qui n’ont pas manqué de soulever cette question.

18 avril 2017 de 11h30 à 12h20

Pourquoi l’Italie tremble-t-elle ? Ce que nous apprennent les derniers séismes. Lucilla BENEDETTI, Directrice de recherche, Aix-Marseille Université, CNRS, IRD, Cerege

Depuis des décennies, les géologues cherchent à retracer l’histoire des séismes et leur empreinte sur les reliefs, en décryptant dans les paysages des informations quantitatives sur l’intensité et l’âge des forts séismes. Les séismes qui se sont produits en Italie en août et octobre 2016 ont mis à jour des affleurements sans précédent en Méditerranée qui permettent de mieux comprendre les processus en jeu. L’étude des traces laissées dans les paysages Méditerranéens par ces évènements permet de remonter aux sources de ces séismes et de savoir s’ils suivent une logique dans le temps et dans l’espace et, finalement, si cela peut permettre de mieux gérer ce risque.

18 avril 2017 de 14h à 14h50

La génétique de l’apparence physique en Amérique Latine. Andres RUIZ LINARES, Professeur des universités, Chair d’excellence, Aix-Marseille Univ, CNRS, EFS, ADES

La population de l’Amérique Latine trace ses origines surtout au métissage entre Amérindiens et les individus arrivant d’Europe et d’Afrique. En étudiant un échantillon de près de 7,000 individus de cinq pays (Brésil, Chili, Colombie, Mexique et Pérou) nous conduisons une analyse globale de l’histoire génétique de l’Amérique Latine et de la base génétique de la variation dans apparence physique des Latino-Américains. A cet effet nous avons obtenu des données de SNPs à haute densité, et réalisé une caractérisation détaillée de chaque individu recruté dans notre étude. Ces données nous permettent d’établir un tableau détaillé de l’héritage génétique à travers l’Amérique Latine, même au niveau sub-continental. Ceci inclut la différentiation régionale de l’héritage Amérindien ainsi que la différentiation de l’héritage génétique Européen entre le Brésil et les pays de l’Amérique hispanique.

Une observation remarquable est la présence d’une empreinte génétique de l’est et du sud Méditerranéen résultant possiblement de l’expulsion des populations juives de la péninsule ibérique pendant la période de la reconquista. La base génétique de la variation dans l’apparence physique des individus est examinée par des tests de corrélation avec l’ancestralité génétique ainsi que par des analyses d’association génomique. Ces analyses nous permettent d’identifier des gènes influençant des caractères tels que : la pigmentation, la forme et distribution des cheveux ainsi que plusieurs aspects de la morphologie faciale.

Certains des gènes identifiés sont connus pour leur rôle dans le développement et quelques-uns jouent un rôle dans l’évolution de la morphologie. Nous avons aussi mis en évidence que la sélection a probablement influencé la diversité moléculaire de plusieurs de ces gènes. Un exemple remarquable est l’identification d’un gène influençant la pigmentation dans l’Asie de l’est, en accord avec la convergence évolutive pour une faible pigmentation de la peau dans l’est et l’ouest de l’Eurasie. Au cours de cette présentation je ferai un bilan global de ces travaux.